Je voudrais insonoriser une pièce ?

L'art d'isoler une pièce

L'insonorisation, l'isolation acoustique, la réverbération ?  

Produits

brown and white Ludwig drum set


Bruit solidien et bruit aérien

Il existe deux types de bruit importants pour nous.

Le bruit solidien
C'est le bruit qui se dégage des corps solides comme les murs des maisons, les installations de chauffage, les tuyaux, etc. Il se propage principalement par des secousses qui sont conduites par vibration, par exemple à travers les murs ou les machines – notamment celles qui possèdent de gros composants métalliques, qui sont des propagateurs parfaits pour le bruit solidien. Le métal est un excellent conducteur ! Contrairement au bruit aérien, on peut également sentir le bruit solidien ! Exemple : dans la rue, vous croisez une voiture avec des basses à plein volume. Les fenêtres vibrent (comme l'ensemble du véhicule). Ici, ce sont principalement les basses fréquences qui sont responsables des vibrations que vous sentez ! Le bruit solidien se transmet par la surface des objets, puis par le bruit aérien. C'est seulement à ce moment-là que nous le percevons aussi avec nos oreilles (par exemple quand le voisin écoute de la techno : les murs vibrent et on entend les basses dans la chambre d'à côté). 

Le bruit aérien
C'est le bruit qui ne peut se propager que dans l'air. L'oreille humaine peut le percevoir entre 20 Hz et 20 000 Hz. 

Le bruit solidien et le bruit aérien se propagent donc de l'un à l'autre, et ce précisément à la limite entre la surface des objets et l'air.


Les différences entre insonorisation et isolation phonique, en bref


L'insonorisation et l’isolation phonique sont deux domaines différents que l’on confond malheureusement souvent. Dans ce qui suit, nous vous expliquons non seulement ces différences, mais nous vous présentons également des exemples de produits qui vous permettent d'insonoriser ou bien d'isoler phoniquement.

 

L'insonorisation

Le phénomène d’insonorisation ou d'absorption du bruit consiste à absorber les bruits aériens par l'intermédiaire de matériaux tels que des mousses à pores ouverts. Ici, les bruits sont transformés en énergie thermique à l’intérieur de la mousse. Bien entendu, la chaleur ainsi accumulée n’est pas perceptible par l’homme : n’imaginez pas que les plaques de mousses vont s'échauffer. L’énergie mise en œuvre est bien trop faible pour cela. En posant de la mousse, on ne donne plus aucune chance au bruit de se propager, ou bien le phénomène de résonance est évité ou réduit sur les murs nus.

Pour assurer une insonorisation, ce sont des mousses spécifiques qui sont idéales, car elles possèdent une surface intérieure très importante (augmentation de la surface grâce aux pores). L’insonorisation est importante quand on souhaite améliorer l’acoustique de la pièce - on pense ici notamment au phénomène de résonance qui se produit sur les murs. Ici, on choisit l’épaisseur de la mousse nécessaire en fonction de la fréquence de ces problèmes. On utilise souvent de la mousse alvéolée ou de la mousse pyramidale.

Règle de base : Plus les plaques sont épaisses, et plus la fréquence est élevée, meilleure est l'absorption de bruit. Quand la fréquence est moins élevée, on donc besoin de plaques très épaisses. En ajoutant également des éléments absorbants pour les coins ou des bandes larges, on peut isoler les fréquences de manière tout à fait ciblée, et donc optimiser l'acoustique de la pièce. 

L’isolation phonique

En revanche, on parle d’isolation phonique dans le domaine de l’acoustique architecturale lorsqu'il est question d’empêcher dans les pièces, habitations, etc. avoisinantes la diffusion de bruits qui se propagent notamment par l’air et se transforment en traversant les structures. Procéder à une isolation phonique est très difficile, et dépend de très nombreux facteurs, au cas par cas. Si, comme dans le cas ci-dessus, on se contente de poser de la mousse sur les murs, on n’atténue que très peu les bruits structurels.

Ici, en plus des plaques d’isolation contre le bruit, nous proposons également des matériaux absorbants en larges bandes ou bien des plaques de mousse qui, associées à des plaques bitumées ou à des films denses pris en « sandwich », sont particulièrement efficaces contre les bruits structurels.

Isolation vers l'extérieur

L'isolation est bien plus compliquée qu'une simple amélioration acoustique ou une suppression de résonance. Voici comment isoler au mieux les murs et les plafonds ou comment vous pouvez isoler des générateurs, des pompes, des compresseurs ou d'autres appareils bruyants.

Veuillez ne pas utiliser de mousse alvéolaire pour l'isolation ! Il vaut mieux utiliser des plaques planes et lourdes.

Tout d'abord, vous devez empêcher les ondes de toucher directement les murs ou le plafond. Elles doivent d'abord être absorbées par exemple par des mousses afin de ne pas faire vibrer la maçonnerie. Plus la fréquence des ondes est basse, plus la mousse doit être épaisse ! 

Pour une isolation encore plus efficace, vous pouvez construire un assemblage en trois couches. Voici comment. 
Montez d'abord au mur une couche de mousse à l'ester ou de mousse composite. Recouvrez cette sous-couche de colle de montage et laissez sécher quelques jours. Quand la colle a durci, collez dessus un carton bitumé lourd ou de la feuille lourde, puis ajoutez par-dessus encore une couche de mousse à l'ester ou de mousse composite. Le carton bitumé ou la feuille lourde existent en version double face autocollante. Ainsi, la dernière couche de mousse peut être installée directement sur le carton bitumé. Dans la plupart des cas, cependant, il est conseillé d'utiliser en plus de la colle en spray ou une fixation mécanique. Plus cet assemblage sera épais, meilleure sera l'isolation, en particulier pour les basses fréquences ; mais bien sûr, plus il sera lourd, plus il sera cher ! Il peut éventuellement être nécessaire d'étayer les plaques pendant la solidification de la colle. Le montage au plafond exige une quantité de colle particulièrement importante ; la plupart du temps, il faut également étayer.


Comment fonctionne cet assemblage ?


L'onde touche d'abord la plaque de mousse extérieure, la traverse en partie et fait vibrer le carton bitumé au milieu. Celui-ci répartit l'énergie entre les deux plaques de mousse (celle qui est à l'extérieur et celle du dessous). Ainsi, en fonction de l'épaisseur, seule une petite partie de l'énergie atteint le mur !


Le problème vient des très basses fréquences (inférieures à 50 Hz), qui sont non seulement audibles, mais également sensibles ! Le sol diffuse le son vers l'extérieur par bruit solidien (même sur un mur insonorisé, tout autour de la mousse !). Il est important d'installer un tapis épais et de séparer du sol les appareils concernés. Vous pouvez par exemple construire pour l'appareil bruyant une estrade en posant une couche d'absorbeur de 4 à 8 cm d'épaisseur, puis en installant par-dessus une planche de bois solide. Ainsi, le bruit solidien qui pénètre dans le sol est affaibli. Ceci s'applique à tous les appareils qui vibrent.
Dans la pratique, toutefois, les fréquences les plus gênantes se sont révélées être les hautes et les moyennes fréquences, qui sont déjà bien atténuées par des mousses d'épaisseur moyenne.

Le prochain article parlera exclusivement des studios de musique !



ZOOM IQ7 : L'Enregistrement Audio de Poche, Performant et Abordable